Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BLOOD DIVISIONS – Cardinal One

Publié le par Crapulax

Ceux et celles qui suivent quotidiennement Tweeter connaissent l’ineffable Chris Jericho et ses innombrables selfies qui sont inversement proportionnels à la côte de popularité de son groupe, FOZZY, dont il est accessoirement le chanteur.

BLOOD DIVISIONS, son projet parallèle (un seul EP sorti en 2015 aux côtés de David Austin, son compère dans NASTY SAVAGE), ne vous dira sans doute rien non plus ! Pourtant sur le papier, cela semblait au départ une idée plutôt alléchante, à défaut d’être novatrice, de réunir des potes musiciens pour interpréter de vieilles reprises de heavy metal. Cela d’autant plus que se trouvent parmi eux de véritables pointures du metal extrême : Ralph Santolla (DEICIDE), Terry Butler (MASSACRE, DEATH), Kenny Andrews (OBITUARY), Greg Gall (SIX FEET UNDER) ou John Mahoney (ex-NASTY SAVAGE, quelle surprise...). On pouvait dès lors légitimement s’attendre à de gros duels de guitares en perspective, des passes d’armes ultra techniques entre batteurs émérites et pourquoi pas une surenchère de vocaux surpuissants sur de vieux hits inoubliables... Bref de quoi s’exciter un peu le zgeg !

Rangez tout, la fête du slip est reportée à une date ultérieure ! Certes, comme on pouvait s’y attendre, de splendides parties de guitares dominent largement les débats (les plus belles étant sur « Hot ‘n’ ready » de UFO) mais le choix des titres très discutable ne casserait pas une patte à un des nombreux canards de la collection du chanteur d’ULTRA VOMIT. Et c’est là que le bât blesse !

Le EP de 6 titres commence pourtant plutôt bien avec un titre assez lent de NASTY SAVAGE (« The Morgue ») fait d’orchestrations classiques et de longs soli de six cordes, s’envole sur la cover de UFO mais finit par s’essouffler comme un vieux flan aux pruneaux sur des instrumentaux peu convaincants (le très long « March Of The Machine Elves » ou le dispensable « Return To The Garden Of Temptation ») pour finir par s’effondrer littéralement dans des titres sans âme (« No Sympathy » de devinez qui ? NASTY SAVAGE bien sûr !) qui ne parlent à personne… ou si peu. Sérieux : qui se souvient de « Top Of The Bill » des SCORPIONS ? Combien de personnes sont capables de citer l’album « In Trance » de 1975 d’où il est extrait ? Pas grand monde, pour sûr !

Du coup, on sait pas trop où BLOOD DIVISIONS veut en venir. Tente-t-il de donner une légitimité à NASTY SAVAGE ? Essaie-t-il de faire un Tribute à NASTY SAVAGE sans oser s’assumer ? Une chose est sûre : avec des invités pareils, il y avait moyen de faire une grosse fête, le genre dont tout le monde se souvient. En fin de compte, « Cardinal One » ressemble plutôt à un pétard mouillé.

Une conclusion s’impose : Chris Jericho s’en sort bien mieux avec ses selfies !!!

Commenter cet article