Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

007 SPECTRE

Publié le par Crapulax

007 SPECTRE

Pour commencer, si ce navet est encore au cinéma un conseil: n'y allez pas, ça vous évitera d'avoir mal au cul à la sortie !!!

Le James Bond campé par Daniel Craig était jusque là un tueur gouvernemental froid et calculateur, au demeurant très réaliste, style qui le démarquait des précédents acteurs ayant endossé le rôle.

Ce nouvel opus inverse carrément la tendance et a de quoi décontenancer puisqu'on retourne dans les travers des vieux 007 qui avaient été soigneusement évités jusque-là: un scénario très prévisible, des cascades irréalistes, des belles qui tombent comme des mouches (l'une dont il a tué le mari et l'autre son père, c'est dire son incroyable sexappeal...), le gadget improbable que 007 emporte et qui lui sauve la vie, l'affrontement avec le gros sbire à moustache qui meurt comme une crotte, une pièce cachée sans porte (faut péter un mur pour entrer...) qu'il trouve grâce à une petite souris (j'ai failli hurler, là...), des blagues aussi hilarantes qu'un coussin péteur sous la reine d'Angleterre, un méchant à la tête d'une organisation internationale qui n'a rien de mieux à faire de ses journées que de vouloir la mort de Bond à tout prix... La liste n'est même pas exhaustive tellement qu'il y en a: rien n'est épargné au spectateur.

Risible également cette volonté des scénaristes de vouloir absolument tout lier: franchement, ça n'apporte rien que le méchant soit le cousin germain du héros, on s'en tape que l'organisation Spectre se cachait derrière tous les films précédents et on s'en bat les roubignoles que le méchant finisse les jambes cassées et la tête défigurée tout ça pour le relier aux autres films ! Ce genre de choses a alourdi considérablement une histoire qui n'en avait pas besoin. Faire ressentir au spectateur l'ampleur et la dangerosité de l'organisation, c'était ça la pierre angulaire de 007 SPECTRE. A la place, on a un méchant qui met des photos aux murs et fait des parcours fléchés... Risible, je vous dis.

C'est simple, je me suis tellement fait chier que j'ai fini par regarder les décors et les paysages. C'est dire...

Commenter cet article